Le temps, trop peu ou pas assez (passé)

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

Quand on accompagne des personnes en quête de compréhension, le temps s'invite tout naturellement dans le programme qui est mis en place.
Il s'invite encore plus quand il s'agit d'un accompagnement à travers la psychogénéalogie, à travers l'héritage familial qui nous a été transmis.


Ce n'est plus combien de temps va durer la séance ? Combien de séance vont être nécessaire ?
C'est définir d'où on va devoir partir, à quelle génération doit-on remonter pour comprendre notre construction ? A qui appartiennent les valises que je porte ?

L'heure, unité de temps d'une séance, doit donc intégrer les décennies nécessaires à la mise en place de nos filiations.
Notre rapport au temps est forcément sollicité à ce moment là. Ou du moins ce que le temps évoque pour nous.
Quelle référence il a dans notre vie, notre quotidien ?

Avant d'écrire cet article j'ai sondé quelques personnes de mon entourage (vous trouverez quelques extraits de leurs réponses à la fin) afin de savoir ce que le temps évoquait pour elles. Elles sont toutes allées au-delà de ce que j'attendais.

Ce sujet n'est pas anodin pour moi. D'une nature impatiente il y a encore quelques années, je deviens de plus en plus patiente.
C'est surtout qu'aujourd'hui j'accepte que les événements se déroulent dans le temps qui est le leur et pas le mien. Surtout la vie m'a donné des expériences pour y arriver.

L'Homme est un grand organisateur, un grand planificateur puisqu'il tente depuis toujours de maîtriser le temps.
Car le temps nous rythme, nous donne ou non la motivation et l'envie d'avancer, d'aller de l'avant.
Le temps aujourd'hui a d'autres missions dans le tourbillon de la mondialisation. On lui donne un pouvoir de vie et de mort sur nous même et sur ce qui nous entoure.

 

GO, Grand Organisateur

L'homme a organisé le temps avec l'aide des astres solaires et lunaires, qu'il tente encore de comprendre, mais aussi avec la technologie qu'il a développé comme la clepsydre, l'horlogerie.... Et surtout en bon organisateur qui se respecte il a planifié tout cela.

Un calendrier comme pour délimiter le temps dans un espace bien défini pour avoir le regard au dessus de lui. Être au dessus n'est déjà pas être dans le temps, dans son tempo !

Imaginons une horloge bien ronde avec un mécanisme aussi complexe que peut l'être notre cerveau, toujours pour regarder le temps, être face à lui comme pour le défier. En le regardant ainsi nous ne sommes toujours pas dedans, nous sommes devant, à côté mais pas dans le temps de l'instant T.
Certains ont une horloge dans la tête, pour d'autres bien au contraire l'important est de se dire que l'on n'est pas en décalage, seulement dans son temps à soi.

Le temps que je vais qualifier de « naturel » (avec par exemple le cycle des astres) rythme notre quotidien, notre levé, notre couché. Ces mêmes astres, par la combinaison de plusieurs paramètres, vont donner un temps météorologique, qui lui même va rythmer notre humeur et donc notre envie ou non....
Dans les témoignages plus loin, le temps climatique a une grande importance et vient très rapidement dans l'évocation du temps.
Et ce temps météorologique fait aussi notre alimentation, rythmé par les saisons il en fera une alimentation à propos, riche et variée.

L'homme dans son grand vouloir d'organisation et de gestion du temps a tenté de faire passer ses plaisirs avant l'intérêt de sa santé (entre autre).
Il aime les tomates alors pourquoi ne pas en avoir toute l'année même si ces propriétés essentielles n'ont aucun avantage en hiver.....
Il veut marchander ou communiquer avec les autres continents, a besoin de gérer l'horloge de son réveil, ces intérêts financiers sont prioritaires.....

 

Expériences aux temps

Notre première expérience avec la gestion du temps, que nous soyons homme ou femme, c'est, je crois, notre naissance, après celle de notre conception.
Est-ce elle qui va définir dés ce moment là notre rapport avec le temps que l'on arrive prématurément ou au terme des 9 mois de grossesse ? Très certainement, et à partir de là chacun va aller à son rythme. Mais au final nous serons arrivés au bon moment pour nous.
Même si les parents tentent d'accélérer certaines étapes comme notre marche, notre parole......
Notre bien-être, notre développement humain quelque soit notre âge se fait à notre rythme pas à celui de ceux qui nous entourent.
En tant que femme notre rapport au temps ne va pas être le même que celui des hommes. Nous avons une horloge biologique qui rythme aussi notre développement humain (puberté, grossesse ou non, ménopause).
Est-ce qu'elle rend différemment notre rapport au temps ? C'est très probable. Notre âge défini à quelle étape nous en sommes et le temps qu'il nous reste pour parvenir ou non à la suivante. En somme nous sommes toujours dans l'urgence de...
Là encore notre GO tente de planifier et de gérer son développement....à son propre détriment.

La maladie, quelque soit la pathologie, nous demande de nous arrêter, de nous poser un instant pour soi.
Suspendre un rythme qui est dissonant pour notre corps qui a besoin de se retrouver.
J'ai été malade pendant 9 mois (oui je sais, sourire), un cancer du sein et me suis trouvée avec le statut de patiente et en arrêt maladie (tiens là aussi il y aurait quelque chose à comprendre).
Subtilité de la langue française, le mot patiente ici a double sens, je dois attendre que l'on me prodigue des soins.
Ne pouvant plus avancer, j'ai donc attendu patiemment en donnant toute ma confiance à mes médecins pour que l'on me donne un traitement approprié.
J'ai été rythmée par celui-ci chimiothérapie, opération et radiothérapie, sans le maîtriser et en devant totalement faire confiance à ceux qui me le donnaient.
Mon quotidien était planifié par les soins.
J'ai du apprendre pendant ces 9 mois à revoir mes priorités basiques du moment, me soigner et prendre en compte mon bien-être pour apprécier au mieux la situation.
Aujourd'hui tout va bien, et je suis riche de cette expérience sur moi-même et sur le temps.
Une période d'apprentissage très formatrice.


Souvenir d'un temps

Pourquoi le temps passé (pas assez) semble mieux que celui à venir, parce qu'on l'a vécu, parce que celui à venir fait sortir de nous quelques peurs de ce temps inconnu ?
Le temps passé a été vécu du mieux qu'on a pu à ce moment là, on en a fait ce que l'on a voulu.
Et a ce moment là forcément un souvenir viendra et remontera le temps dans votre horloge, dans votre tête, toujours cette maîtrise du temps.

Mon premier souvenir lié au temps me ramène à mon enfance. Alors que j'avais 5/6 ans mon grand-père voulait m'apprendre à lire l'heure. Le pauvre je lui ai tenu tête en lui disant non, alors qu'il avait pris le temps de m'expliquer petite et grande aiguilles.
Pour moi tout s'apprenait à l'école, ce n'était pas le moment.....

C'est un souvenir assez fort et très précis que j'ai de ce jour, le lieu, le temps météorologique, l'heure.... Un très bon moment et je me dis en l'écrivant que si je sais lire l'heure c'est peut-être parce que j'ai aussi bien gardé en mémoire cet instant !

 

Conjugaison

A quel temps doit-on le conjuguer justement ?
Que le temps nous rythme assurément, qu'il nous apporte le meilleur pour nous à l'instant T certainement. Qu'on le vive pleinement à ce moment là c'est moins évident..
Le présent, c'est pourtant bien celui qui fondamental à vivre et pas un autre. C'est semble-t-il aussi le plus difficile.
Il nous demande de nous détacher de celui qui est passé et d'être dans l'espoir de celui à venir.
Il nous donne peut-être l'impression d'être à l'arrêt alors qu'il nous permet d'avancer, de faire les choses en pleine conscience en étant à notre place.
On ne peut pas ainsi perdre son temps, on le vit tout simplement.

Le temps reste un sujet éternel pour celui qui veut s'exprimer à travers lui, que ce soit « celui des cerises et des roses, le temps des caresses soyeuses » à lequel nous invite Carla Bruni, pendant que l'un des derniers roman de Mitch Albon nous ouvre à l'émotion et la magie avec « le passeur de temps ». Le choix est vaste et celui qui est dans son temps trouvera son bonheur.

Cet article n'a pas vocation à dire si nous avons trop peu ou pas assez de temps.
Peut-être prendre conscience que le meilleur temps, celui qui nous donne notre bon rythme, c'est celui qui se conjugue au présent.
C'est je crois bien celui qui nous donne le meilleur à vivre à cet instant là.
C'est aussi celui qui nous demande d'être dans la conscience de cet instant là.
Il nous donne le meilleur pour apprécier celui qui arrive, pour être prêt.
En agissant ainsi on ne perd pas de temps, on y est dedans, dans son tempo.

Je vous laisse dans la lecture de quelques extraits des réponses sur ce que le temps peut évoquer.
Vous pouvez également vous exprimer sur ce que cela vous évoque ou votre premier souvenir lié au temps.

 


Témoignages :

  • « Le temps m'évoque une course éperdue contre la montre, on en a jamais assez, le temps file file. Parfois, le temps peu nous paraitre bien long mais au final il nous en manque toujours. Trop de temps passé à faire des choses qui ne nous intéressent pas vraiment, impression de perdre son temps et pas assez pour les moments appréciables. Les jours de mauvais temps, on a du temps pour profiter des choses pour lesquelles on n'a pas le temps et, au final, on a pas assez de temps ! je pense qu'en fait, on est jamais rassasié par le temps que l'on a............Il faut aussi savoir tirer des leçons du temps passé et ne pas oublier en transmettant les histoires à travers le temps. Les grands-parents racontent aux enfants et petits enfants qui transmettront à leur tour. » E. Maman en activité pro, 36ans
  • «  le temps qui passe, actuellement, j'y pense beaucoup, je me rends compte que je n'ai pas suffisamment profité de choses, de faire des choses, et me voilà dans ma 63ème année....., je peux »encore » faire des choses, des activités, mais ce que je n'ai pas pû faire lorsque j'avais 45 à 50 ans et de 50 à 55 ans, ça je ne pourrais plus le faire ou du moins de la même façon. Trop tard !!!! Croire que l'on a encore du temps devant soi, c'est un peu ou même parfois ma première réaction, aujourd'hui je pense que c'est une erreur ! Au niveau professionnel, ce n'est pas toujours évident de faire une activité dans un temps donné, on peut parfois dépasser ce temps, se stresser car on ne l'a pas respecté. Et donc « ne pas être dans le temps » !!!! Je finirai par « prendre du temps pour soi » ce serait là où je pêche pour moi....pourtant je m'y mets de plus en plus, je t'assure, je me surprends à regarder un paysage, y passer plus de temps qu'avant, disons lorsque j'avais moins de temps, ou du moins lorsque je croyais avoir moins de temps.... Rentrer plus tard, puisque je sais que maintenant là, j'ai du temps.... Finalement, « ce temps » il peut nous faire profiter pleinement de tout ce que la vie peut nous apporter, et nous empoisonner aussi parfois, l'existence..... » J. Grand-mère de 63 ans en activité pro.
  • «  le temps ne se mesure pas on le vit chacun à sa façon, on le subit sans le maitriser, on s'aperçoit qu'il passe vite pourtant c'est faux seul justement le temps depuis que le monde existe c'est toujours 24h durant, bien sur il change, il y a le jour il y a la nuit, le clair de lune et la nuit noire 44 fois par ans je pense. Il y a les beaux jours très longs et les mauvais jours eux aussi très longs. Il y a la pluie, le froid ça fait pour nous dans le sud-ouest des journées très longues, ca nous rends un peu dépressif sauf si cela arrive la nuit. Et puis il y a les joies qui passent trop vite et les peines qui durent une éternité. C'est un très grand sujet. L'hôpital les journées durent 25h et pourtant il n'y a maxi que 15h de jour lumineux et ensuite pénombre et nuit noir environs 8h trop long en définitive....ce sujet mérite presque un livre. » G, artisan retraité de 77 ans.
  • « Le temps c'est une suite d'instant marqué par des faits. Ca serait un intervalle de temps réduit en une synthèse qui serait la vie. » A, étudiant de 23 ans.

 

  • « le temps m'évoque la météo, les odeurs etc.... ensuite toutes les expressions un temps de chien, le temps qui file, le temps c'est de l'argent..... le temps passé, c'est nos souvenirs, notre histoire avec lesquels on se construit ou on reste figé. On revient sans cesse sur le temps passé « autrefois » «  de mon temps » mais ce sont des faits passés, vécus que l'on ne peut changer malgré nos erreurs c'est fini. Par ailleurs toutes nos erreurs du passé nous font avancer et nous ont fait grandir.....Le temps présent, maintenant, aujourd'hui on ne le vit pas car on est toujours à penser au futur, à demain. On zappe cet instant, de plus aujourd'hui le temps file encore plus vite car on est sans arrêt en mouvement, en action, toujours en perpétuelle ébullition....et on ne prend jamais le temps ! le temps de faire une pause, de réfléchir, le temps de se rencontrer « soi avec soi ». On dit souvent qu'il y a un temps pour travailler, un pour jouer, un pour dormir et on est nombreux à ne faire que « travailler », le reste n'existe quasiment plus. ....................Le temps permet aussi d'apaiser les événements difficiles, prendre du recul, laisser le temps faire son œuvre, cicatriser les blessures. » M, Jeune femme de 48 ans, en arrêt maladie.
  • « La relativité du temps d'Einstein. Ah le temps au sens unitaire ou toute la pluie qui tombe sur Bordeaux ? le temps la durée ou l'histoire ? Parfois, on est prisonnier du temps. Le temps ! un temps, un rythme cela peut-être lié à la musique, un rythme musical. Marquer le temps. La notion du temps par rapport à ce que l'on fait. La notion du temps : le temps est une constante mais qui peut être relative selon ce que l'on fait. On peut avoir un temps court ou un temps long. Dans le sport, il y a des temps forts. Quand on est absorbé par quelque chose, on est déconnecté du temps d'où le paradoxe le temps passe trop vite ou parait trop long. En fait, le temps est toujours constant mais c'est qu'il est propre à chacun même si l'unité de temps est universelle. Mathématique : le temps : 60 secondes, 60 minutes, pourquoi 60 ? parce que 60 est le nombre le plus divisible dont le résultat est égal à 0
  • D'un point de vue économique, le temps a pris une grande importance au niveau capitaliste et organisation économique lié à la productivité, à la compétitivité. On essai de rationnaliser le temps pour augmenter les gains de productivité (Taylorisme, Fordisme). Course après le temps. On peut se retrouver à avoir du temps et ca peut être l'horreur ! Comment occuper son temps. F jeune entrepreneur en informatique de 37 ans.
  • « trop ou pas assez ? cela dépend. En tous cas c'est ce temps qui rythme nos vies et nous permet d'avancer. Tant mieux qu'il passe vite quand on est dans la peine, le chagrin.....quand on a un projet et qu'il nous tarde qu'il arrive....quand on est sous pression et qu'il faut que ça s'arrête.....Dommage qu'il passe trop vite en vacances, en week-end, en famille mais je pense qu'on apprécierait moins les choses si le temps durait éternellement. S. coach sportive de 48 ans.

 

 

Patricia Dubos
Accompagnement - Conduite au changement.
www.patriciadubos.yoctown.com/

 

 

 

Commentaires   

0 #1 Sarah 04-03-2013 19:47
Pour mettre de l'eau à ton moulin:
Une citation de Saint Augustin sur le temps:
"Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus"

Je pense que c'est l'élément qui fait de nous des êtres humains, la notion de passé ( remord, regret, souvenir), de futur ( pouvoir envisager l'avenir, l'espoir, la peur..) et le maintenant ( j'existe, je vis, je galère, je profite ) et la question : ai-je conscience de ce temps présent?"

Le sablier de notre vie qui s'egrène micro seconde par micro seconde, qu'en fait-on ? qu'en fais-je ? ... A méditer
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir