Tels sont tes yeux...

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Depuis le célèbre précepte d'Hippocrate « tels sont tes yeux, tel est ton corps », l'iridologie a progressivement intégré la médecine pour être abandonné plus tard au profit de techniques d'explorations plus modernes (scanner, IRM....).

Pourtant l'étude des iris nous offre des renseignements essentiels, sur notre terrain. L'iris est en effet le seul tissu conjonctif visible de l'extérieur et à ce titre présente un grand intérêt.

Tout d'abord, redéfinissons cette notion de terrain. Pasteur lui-même sur son lit de mort affirmait : « Claude Bernard avait raison, le microbe n'est rien, le terrain est tout ».
De même que nous avons chacun un groupe sanguin qui nous est propre, nous avons également un réseau de tissus qui possèdent tous l'ensemble de nos caractéristiques individuelles (génotype et phénotype), marquant notre identité propre et reconnue par notre système immunitaire. Considérant la difficulté à trouver un greffon compatible en cas de greffe d'organe, il n'est pas difficile d'en déduire la complexité de cette carte d'identité individuelle que représentent nos tissus.

Un peu d'histologie (étude des tissus) : notre corps est fait de cellules. Un ensemble de cellules qui en fonction de leur spécialités forment un tissu. Un ensemble de tissus forment un organe. Un ensemble d'organes forment un système et l'ensemble des systèmes forment l'organisme.

Le tissu conjonctif est le plus abondant de l'organisme. Son rôle essentiel est celui de liaison et de soutien. Il est richement vascularisé sauf le cartilage et baigne dans la substance fondamentale éparpillée en son milieu (matrice extracellulaire).
Il a pour mission de protéger, soutenir et relier les organes entre eux.

C'est ce rôle de liaison et l'immense réseau de communication de la matrice extra cellulaire qui va permettre aux tissus conjonctifs de véhiculer et de réceptionner les informations issues du dialogue cellulaire.

Il a été clairement identifié que la vie d'un organisme pluricellulaire repose de façon incontournable sur la communication et les interactions entre les cellules qui le composent.

Il existe deux grands types de communication dans l'organisme :

- Un système de communication verticale: l'hérédité, transmission du patrimoine génétique ;
- Un système de communication horizontale: qui s'effectuent à l'intérieur d'un même individu et qui pour l'essentiel correspond:
- soit au contact direct entre les cellules
- soit à l'action de molécules de signalisation.
La membrane de chaque cellule est équipée de récepteurs capables de capter des informations émanant du système nerveux central par les voies nerveuses, du système endocrinien via les voies sanguines et du système immunitaire par l'intermédiaire des voies lymphatiques. Elles renvoient des réponses par ces mêmes voies. C'est ce qu'on appelle le biofeedback.

L'iris est un organe richement innervé, vascularisé. Les travaux sur la matrice cellulaire inaugurés par Alferd Pischinger (1923) a révélé qu'une cellule, par l'intermédiaire de cet immense système de communication recevait l'intégralité de toutes les informations échangées dans notre corps. L'iris reçoit donc toutes les informations émanant du système nerveux, hormonal et immunitaire.


L'iris possède à l'identique de la paume des mains et de la plante des pieds un grand nombre de terminaisons nerveuses. Les plexus nerveux émanant du système nerveux végétatifs trouvent une terminaison selon un emplacement précis sur l'iris, étant chacun reliés à un groupe d'organe (travaux de René Bourdiol, médecin iridologue).
Une relation directe, par feedback, s'établit donc entre l'organe et le plexus nerveux qui l'alimente.
Un dysfonctionnement de l'organe entrainera une modification de la trame irienne ou tissu irien.

L'œil possède trois milieux aqueux : lorsqu'il se produit une modification des paramètres bioélectroniques de l'eau corporelle (ph, Rh 2 , résistivité), l'eau dans laquelle baigne l'iris modifie sa couleur par précipitation avec les pigments iriens. Toute variation des paramètres bioélectroniques de l'eau corporelle, va avoir des répercussions sur les tissus qu'elle immerge.

En dernier lieu, l'iris possède une origine embryonnaire. Il est formé à partir des trois feuillets à partir desquelles tous nos organes et autres tissus sont formés. Il garde donc en mémoire les informations génétiques transmises lors de l'embryogénèse (développement de l'embryon).

L'étude de l'iris ou iridologie nous offre ainsi une appréciation incomparable de l'état de nos tissus et de leur fonctionnement. Cette technique nous donne un véritable panorama de notre capital héréditaire (inné et acquis) et des troubles de la communication donc des échanges cellulaires tant sur le plan nerveux, que sur les plans hormonal et immunitaire. Ces perturbations cellulaires génèrent des troubles fonctionnels (somatiques, psychologiques ) voire lésionnel au niveau d'un ou plusieurs organes.
L'iridologie n'est pas un moyen d'exploration médical mais un outil de compréhension de la genèse de ces troubles.

 

Catherine Picard
Naturopathe Iridologue

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir