La psychophanie

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

La PSYCHOPHANIE met l'accent sur un mode de communication qualitatif et silencieux entre deux personnes, où l'une est relais de transmission pour l'autre.

Cette technique favorise pour l'individu qui consulte, des "réalisations", issues de l'éclairage en lui de zones pré-conscientes ou inconscientes. C'est une mise en lumière thérapeutique. Par l'expression rendue possible d'émotions involontairement retenues, le sujet se libère...

Étymologie : grec - phanein : faire apparaître, mettre à jour, révéler, manifester; et de psyché, désignant l'âme.
La PSYCHOPHANIE c'est l'éclairage, la mise en lumière de la psyché.
Registre : communication non verbale.
Champ d'application : connaissance de soi, démarche d'évolution et de transformation, croissance individuelle, « intersubjectivité créative ».


Qu'est-ce que la PSYCHOPHANIE ?

Qualifiée de « processus relationnel de communication d'inconscient à inconscient », de « dialogue d'âme à âme », de « communication profonde accompagnée » ou encore de « nouvelle écoute thérapeutique », la PSYCHOPHANIE offre l'opportunité à chacun de se découvrir sous l'angle nouveau de la part lunaire qui siège en soi : cette instance « nocturne » de l'être qui contient toutes nos richesses ignorées.

Cet outil de communication non verbale permet à une personne de s'exprimer par l'intermédiaire d'un praticien de la discipline, et d'avoir ainsi accès à des données (mises en mots écrits) qui la concernent, mais qui demeuraient pré-conscientes ou non-conscientes.
Deux personnes sont requises pour oeuvrer en PSYCHOPHANIE :
désignées conventionnellement par les termes de "facilité" pour l'individu qui reçoit la séance; tandis que le praticien est appelé le "facilitant".
Cet outil de connaissance de soi utilise un processus relationnel de communication de psyché à psyché entre deux individus : sans parole et sans qu'il soit nécessaire de recourir au dialogue intentionnel.
L'information qui circule et s'exprime, se dévoile à nos deux interlocuteurs silencieux par transcription de mots, un à un - sur le clavier d'un ordinateur.

Aucun des deux protagonistes n'est en état modifié de conscience.
Le facilité ne dit rien, c'est son inconscient qui s'exprime.
Le facilitant est l'agent médiateur qui tape les mots les uns à la suite des autres contribuant ainsi à faire naître la production de PSYCHOPHANIE (qui est une mise en texte).
Le langage émotionnel formulé sans verbalisation volontaire, par l'entremise de ce protocole télé-empathique, laisse apparaître des émotions, des schémas symptomatiques qui, lorsqu'ils sont extériorisés, favorisent l'accélaration de prises de conscience libératrices !


Un processus de transformation à partir d'un éclairage nouveau

La PSYCHOPHANIE apporte à l'individu un point de vue plus global sur lui-même, au-delà de ce que peut concevoir le mental conscient (polarité diurne) cantonné à sa perspective linéaire. Cet outil donne au sujet un angle de vue insoupçonné sur sa propre structure, ses modes de fonctionnement et sur le système à l'intérieur duquel il évolue... ou involue!

LA MISE EN MOUVEMENT
C'est bien souvent la douleur qui intervient au début comme déclencheur de
transformation. La plupart du temps il faut qu'une personne souffre beaucoup avant que ses angoisses et son malaise ne la contraignent à prendre la décision
d'élargir son champ d'appréciation : envisageant peut-être de CHANGER quelque chose à son mode de fonctionnement rodé... La tendance commune c'est de s'assoupir dans une certaine routine et de s'accommoder de cette léthargie quand la vie suit son cours sans obstacle et que rien n'oblige au changement.

LA RESISTANCE AU CHANGEMENT
Nous constatons que la volonté de "travailler sur soi" ne fait pas toujours l'unanimité. Car tout le monde n'est pas prêt à assumer un changement, d'ailleurs beaucoup de gens luttent contre l'idée même.
S'il nous est donné de choisir entre une douleur "apprivoisée" ou une alternative inconnue, il s'avère que nous avons en général beaucoup de difficultés à rompre avec le poids des habitudes - même si cette économie rassurante s'avère bien coûteuse!
Pourtant, remettre en question une organisation douloureuse, un schéma souffrant, c'est le premier pas en direction de la résolution de notre problème.
L'expérience pénible peut devenir une bénédiction ignorée qui mène à la liberté!
Un « merveilleux malheur », dira Cyrulnik ...

L'ÊTRE PROFOND POUR ÉCLAIRER LA PSYCHÉ
L'être profond écouté en PSYCHOPHANIE est l'éclaireur de chemins, il définit lui-même judicieusement la thématique individuelle sur laquelle il est bon de travailler à un moment donné. Cette instance intérieure avisée conçoit la transformation telle une traversée par étapes.
Ainsi les résistances intérieures ne sont pas transgressées, AU CONTRAIRE, elles sont respectées et intégrées à notre progression, dans une dynamique de transformation graduelle.
Ce n'est pas le mental qui impose le cheminement.

Cet au-delà de nous-même (« l'observateur silencieux »), non tributaire de la problématique qui peut contraindre notre psyché, apporte sa vison distanciée. Il décrit ce qui en nous blesse ou dérape, ce qui se joue en profondeur de façon non consciente derrière la thématique apparente. C'est un peu comme si un regard océanique ajusté à notre regard témoignait de la vague qui déferle sur le quotidien à l'intérieur duquel on se noie...

L'ÉNERGIE ÉMOTIONNELLE
C'est le levier de toutes transformations que celles-ci soient voulues ou subies :
- soit l'individu vit une souffrance insupportable qui mobilise de fortes émotions qui le conduiront à rechercher soutien au bord du gouffre...
- ou bien le sujet est stimulé à l'idée de se découvrir et cette "aventure" suffit en soi à le motiver!
C'est cette énergie émotionnelle qui nous permet de franchir la barrière érigée par notre conscient afin de favoriser le contact avec notre inconscient.
C'est sur cette vague de l'émotion que nous surfons en PSYCHOPHANIE.
Elle motive la communication psychophane et facilite en conséquence l'évacuation des charges émotionnelles « marécageuses » stockées, qui polluent littéralement l'environnement psychique du sujet.

UNE PROGRESSION DOUCE
Il est rare que la métamorphose opère avec fulgurance. En règle générale les mutations s'inscrivent dans une continuité constituée d'étapes à franchir pas à pas pour asseoir une nouvelle structure.
Le temps est fréquemment un facteur avec lequel il faut composer.
Bien souvent il est nécessaire de faire preuve d'une certaine détermination pour progresser de façon continue. C'est le constat que la pratique de la PSYCHOPHANIE nous permet d'émettre : la progression est bien plus significative sur quelques séances.
Même si une "mémoire" s'impose d'emblée, il est souvent nécessaire de soulever différents voiles émotionnels avant que les "noyaux durs" ne surgissent.

LES MÉMOIRES CELLULAIRES
Sont les "programmes" les plus conditionnants auxquels on a affaire en PSYCHOPHANIE. Ils constituent des points de cristallisation majeurs d'ordre énergétique et informationnel qui, une fois éclairés, délient une problématique et débouchent sur d'importantes transformations personnelles.

LES MODALITÉS STRUCTURELLES
Dans la progression de ce travail un certain nombre de "conflits psychiques" vont être abordés. Citons-en quelques uns : l'identité, le territoire, la survie, la dévalorisation, la foi, la relation aux figures parentales ... etc ... Ces différentes modalités de sens agissent la représentation inconsciente qu'un individu a de
lui-même. Elles influent, régulent les rapports qu'il tisse avec son environnement. Abordées en PSYCHOPHANIE, elles concourent à rééquilibrer l'information relative à notre structure profonde avec finesse en un parcours progressif.

La PSYCHOPHANIE est un outil d'évolution pratique qui permet de donner voix à notre part lunaire pour éclairer nos revers.
Son processus opératif revêt trois temps : l'éclairage, la « vidange », la reprogrammation de l'information matricielle (champ modélisateur latent qui donne vit et nourrit).
C'est un nouveau regard sur soi accessible à tous; une perspective véritablement holistique puisque soleil & lune en nous coopèrent pour restaurer l'unité.

 

Aurore Lafortune
Facilitante en psychophanie
www.psychonoese.com/

Commentaires   

0 #2 A.Lafortune 10-05-2012 10:53
La PSYCHOPHANIE se pratique en silence. Mais silencieux ne veut pas dire sans voix, sans message transmis...
L\'information circule de psyché à psyché entre un praticien et la personne qui reçoit la séance. On ne parle pas pour se faire entendre : la transmission s\'impose de façon télé-empathique.

D\'autre part ce n\'est pas le moi conscient qui gère l\'espace de la communication, non, \"l\'être profond\" s\'en charge! C\'est lui qui offre son point de vue, plus globalisant que celui du mental, pour aborder une problématique.
Le cerveau droit est à l\'initiative de la transmission de l\'information, voilà la grande différence avec les systèmes classiques.
Citer
0 #1 Sagan33 09-05-2012 15:22
C'est la première fois que j'entends parler de psychophanie. Donc si j'ai bien compris, il s'agit d'une thérapie silencieuse cette fois-ci. L'inverse de ce qui se fait dans les thérapies comportementale s. Je pensais que ce qui guérissait était la mise en mots, la libération par la parole.
Sans doute les bienfaits de cette thérapie lunaire s'ajoutent-ils à ceux de l'autre plus traditionnelle.
Bien cordialement.
Sagan33
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir