Influence de la psychogénéalogie sur le couple

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Quand on rencontre quelqu'un, qu'on l'aime, la finalité, l'objectif, c'est celle de vivre son couple en harmonie, le vivre en totale harmonie.

Atteindre cet objectif c'est être pleinement conscient de l'importance des fondations de ceux qui composent ce couple.

Croire que la seule importance soit que les deux personnes s'aiment est un leurre.

Vivre son couple en harmonie, c'est accepter un nouveau mode de calcul.

En effet, un couple ce n'est pas 1+1 = 2 mais 1+1=3 ; C'est-à-dire les 2 personnes qui composent ce couple + le couple lui-même.

La relation que l'on vit, le couple que l'on est avec celui qu'on aime doit être pris en considération comme un tiers.
Ce couple, cette relation a aussi des besoins, des attentes, et des envies à exprimer, à vivre.
Il ne peut pas seulement vivre par les deux personnes qui le forment, de l'air du temps, d'amour et d'eau fraîche.
Ce couple demande beaucoup de soin, d'attention, de vigilance. Le bonheur conjugal ne va de soi.
Il se construit tel le bâtisseur d'une cathédrale et non d'un château en Espagne.

Avant d'envisager de prendre soin de ce couple, de cette relation, qui se construit avant tout en tenant compte des deux individus, il est nécessaire de prendre conscience de la part de psycho généalogie que l'un et l'autre va avoir et l'importance que cette part va prendre dans la construction de leur couple.

Ce sont là les fondations des deux piliers du couple.

Les fondations ce sont les racines qui vont stabiliser ou non toutes constructions. Je vous rappelle qu'on construit une cathédrale pas un château de sable.
Plus elles sont profondes plus elles ont de chance d'être solides, résistantes, fortes pour durer à tous les séismes qu'une vie de couple peut rencontrer dans sa durée.
Nos racines, pour chacun de nous, c'est notre arbre généalogie nos ancêtres et en l'occurrence ce qu'ils nous ont transmis, l'influence qu'ils ont dans nos décisions, nos actions.
Quelle est leur part et quelle est la notre ? C'est notre psycho généalogie.

Au cours de notre évolution (enfance et adolescence) nous avons peut-être eu comme référence de couple nos parents, nos grands parents.

  • Quel modèle de couple nous ont-ils laissé ?
  • Quel modèle de couple nous avons pu voir avec nos yeux d'enfant ou d'adolescent ?
  • Quelle interprétation a pu en faire l'adulte que nous sommes ?
  • Comment allons-nous nous approprier ou non ce vécu, ces émotions, sensations dont nous avons été les premiers témoins?

 

Quels modèles ?

Si nous avons eu un modèle mais quelle est sa vision, un couple harmonieux, épanoui, dans un bel équilibre conjugal, ou un couple vivant l'un à côté de l'autre sans tendresse et sans amour.

Peut-être que nous avons vu un parent en souffrance physique par des coups répétés, en souffrance psychologique par une dévalorisation quotidienne, ou par un conjoint alcoolique.

Une grand-mère ou un grand-père venir dicter ses choix ou ses actions dans le couple de nos parents, ou des grands parents au service de leurs enfants et petits enfants dans l'amour, la joie et le partage.

C'est le modèle d'une mère violentée par son conjoint comme elle avait déjà pu l'être par son père.
Nous avons peut-être vue un couple formée par notre mère et notre grand-mère nous retrouvant ainsi sans référence masculine.

Quelque soit et selon le cas nous avons été mêlés à ces situations, ces violences, ces amours ou désamours.


Même si certains de ces couples ont rompu, ils peuvent continuer à se détester mutuellement, à se critiquer sans cesse.
Parfois nous avons considéré que notre mère a été victime de notre père et que cette union a fait son malheur.
Parfois, c'est notre père que nous estimons avoir été le souffre douleur de notre mère.

Et les parents qui ont vécu une histoire fusionnelle dont les enfants ont été exclus. La fusion par moment peut être nécessaire ou délicieuse à l'âge adulte (comme dans la sexualité) mais à temps plein cela peut être toxique.
Deux adultes fusionnels sont souvent constitués de deux adultes infantiles qui s'accrochent l'un à l'autre.
C'est tout à fait logique que leurs enfants se sentent mis à l'écart.

D'autres unions parfaitement harmonieuse et particulièrement réussis constituent parfois un idéal de couple inatteignable pour les enfants devenus adultes.

La psycho généalogie des deux personnes va avoir une influence prépondérante dans ce couple. Voilà une bonne raison pour faire le point et prendre conscience des images de l'homme, des images de la femme et des images du couple dont nous avons hérité et faire le travail pour nous libérer de ce qui nous entrave.


Quelles influences ?

De cette part de psycho généalogie dans notre couple, laquelle nous appartient et laquelle nous est influencée ?

On peut se poser des questions à la suite de plusieurs échecs ou amours douloureux. C'est ce qui nous permettra de reprendre confiance afin de ne pas envisager chaque nouvelle rencontre d'un homme ou d'une femme comme un nouveau risque d'erreur et de souffrance.

 

Les situations se répètent d'une génération sur l'autre. Ainsi on peut voir des filles de père alcoolique ne s'attacher qu'à des hommes alcooliques. Elles ont vu souffrir leur mère, et elles ont bien entendu elles mêmes souffert lourdement de la situation. Néanmoins, des années plus tard, elles reproduisent le modèle de couple qui les a marquées. Et cela peut-être parce qu'inconsciemment elles n'arrivent pas à en concevoir d'autre et qu'elles s'imaginent qu'avec beaucoup d'amour elles finiront bien par réussir là où leur mère a échoué.

Certaines femmes vont alors se retrouver avec un homme violent, comme l'était leur père, répétant ainsi l'histoire déjà vécue par leur mère dans son couple.
Elles vont ainsi rejouer une nouvelle fois la tragédie familiale. D'autres au contraire, en épousant un homme plutôt faible et falot, vont répéter un autre type de scénario.

Certaines histoires vont ainsi se reproduire d'une génération à l'autre.

Il faut s'attendre que lorsqu'on a été plus ou moins carencé d'un amour sain et équilibré de la part des parents, un profond désir de jouir de cet amour et d'obtenir cette affection que l'on n'a pas reçue vienne perturber d'une manière ou d'une autre nos relations amoureuses.


Quelles actions ?

Attendre le bonheur, l'équilibre de quelqu'un d'autre est illusoire.
Notre conjoint n'est pas un médicament là pour nous guérir de notre psycho généalogie et vice versa, ce serait construire des fondations sur un mauvais terrain et les faire s'écrouler par la suite.
Nous ne sommes aptes à construire un couple que lorsque nous sommes capables de nous aimer nous-mêmes, être heureux seul et apprécier la vie.

Travailler cette part de psycho généalogie sur nous-mêmes, nous permet de comprendre et mettre en conscience nos croyances et notre propre construction.
Il va aussi nous permettre d'accepter que chacun à fait de son mieux dans son contexte et dans son évolution. Etre indulgent avec nos proches et nous-mêmes, dans les silences, les actions...
Alors nous pourrons partager du bonheur avec un autre être, nous aurons le plaisir d'échanger sur tous les plans et de cheminer ensemble.
Nous pourrons ainsi œuvrer à vivre notre couple en harmonie et commencer à prendre soin de lui, de ses besoins et de ses attentes.

 

Patricia Dubos
Accompagnement - Conduite au changement.
www.patriciadubos.yoctown.com/

 

 

 

Commentaires   

0 #2 huguette 16-12-2012 20:54
:P Article très intéressant
Citer
0 #1 Chantal REMION 07-11-2012 12:26
:-) Je partage cette analyse du couple et je crois que tous les couples auraient avantage à faire ce travail de psychogénéalogi e pour se libérer eux-mêmes et aussi pour libérer leurs enfants de l'héritage parfois très lourd de leurs ancêtres (souvent inconnus). Merci Patricia pour ton travail sérieux et aidant.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir